Questions / Réponses

Vous avez une question ou une précision ? cliquer ici pour la poser...

  • Q :
    Qu'elle a l'importance de la Bible dans le culte protestant
    R :

    La Bible est aussi désignée sous le vocable : l'Ecriture ou les Écritures (parfois aussi Parole de Dieu). Dans le protestantisme son autorité est dite souveraine en matière de foi : "ce n’est pas l’Écriture qui doit être soumise aux injonctions, aux « dogmes » de l’Église ou à une « Tradition », mais c’est l’inverse, l’Église doit être soumise à l’Écriture." En matière de Foi seule la Bible fait autorité. Par la lecture de la Bible, je découvre l’amour infini de Dieu pour moi.

     Lors des cultes des passages de la Bible sont lus et commentés (=la prédication ou homélie). L’importance de la Bible se manifeste aussi dans les temples où elle est généralement grande ouverte sur la Table de communion, orientée vers l’assemblée.

     L’étude biblique, personnelle et collective, est caractéristique du protestantisme. Les protestants sont aussi attachés à la formule latine Ecclesia reformata semper reformanda, l’Église réformée par la lecture de la Bible doit toujours se réformer à nouveau par la lecture de la Bible.

  • Q :
    Est-il obligatoire de passer par la commune avant le mariage religieux ?
    R :

    Il s'agit là d'une obligation légale demandée aux Églises.

    Nous pouvons ajouter que dans la vision protestante traditionnelle le mariage religieux est une demande de bénédiction sur un couple reconnu; c'est-à-dire deux personnes qui se sont engagées devant Dieu et les hommes (pour reprendre une vieille formule) à vivre ensemble et fonder une famille (à deux avec, éventuellement, des enfants). Cette reconnaissance se fait devant les autorités civiles.

    Cela dit, les Églises protestantes étant très différentes les unes des autres, chacune à sa propre vision du mariage.

  • Q :
    Je suis tatoué à plusieurs endroits, est-ce permis ou mal vu chez les protestants?
    R :


    Le protestantisme est très divers. Et, concernant le sujet que vous abordez, les réponses varieront d'une Église à l'autre. De manière générale nous pouvons dire que nous considérons que chacun est libre de porter les ornements qu'il souhaite. En ajoutant cette remarque : les ornements (tatouages entre autres) véhiculent souvent un message ou une manière d'être ou une philosophie de vie ou,...  Le protestantisme met en avant la liberté de conscience, mais aussi la réflexion personnelle et la responsabilité que l'on a vis-à-vis de soi et des autres.



     



  • Q :
    J ai envi de travailler dans radio ou tele biblique afin d oeurer pour le seigneur
    R :

    C'est une belle chose que de vouloir "oeuvrer pour le Seigneur" comme vous vous proposez de la faire, dans le domaine de l'audiovisuel en particulier. Le mieux est d'entrer en contact avec votre pasteur qui pourra, alors, vous guider. Il existe en effet différentes initiatives qui relèvent d'Eglises ou de groupement d'Églises. Parfois, il s'agit d'initiatives locales. Pour différentes raisons, nous ne savons pas les lister sur notre site. 

     

  • Q :
    depuis combien de temps existe Protestantisme?
    R :

    Généralement, on prend comme date de référence : le 31 octobre 1517. En 2017, il est prévu de nombreuses manifestations pour marquer les 500 ans du protestantisme.

    Cependant, l'histoire de l'apparition du protestantisme est bien plus complexe. Je vous invite à lire notre rubrique : http://protestanet.be/index_vignette.php?page_id=22&vignette_id=2170 ou encore visiter le musée virtuel du protestantisme : http://www.museeprotestant.org 

     

  • Q :
    Bonjour. Je suis depuis quelque temps très amoureux d'une jeune femme avec qui j'ai une relation à distance ( je l'ai rencontrée en voyage ) et que je prévois de retrouver bientôt. Elle et sa famille sont protestants extrêmement croyant et pratiquants, bien que je ne sache pas de quelle branche précise du protestantisme ils font partis. Je suis athée mais très ouvert et respectueux des croyances des autres, aussi, je ne voudrais pas dire ou faire quelque chose qui serait mal placé devant elle ou sa famille. Donc, même si j'ai bien conscience de l'étendue de ma question, pourriez-vous me dire si il y a des choses particulières à ne pas faire ou dire ou des choses importantes en particulier à savoir pour que cela se passe bien ? Merci d'avance.
    R :

    Comme vous en faite allusion dans votre courriel, le protestantisme est très varié. Certains protestants sont proches de l'agnosticisme, d'autres sont "fondamentalistes" pour prendre les deux extrêmes. Et nous rencontrons des protestants très engagés et d'autres, moins fervents, dans chacune des formes. Cette diversité se marque aussi bien au niveau de la "doctrine" (théologie) qu'au niveau éthique, de la philosophie de vie... Vous comprendrez que dans ce contexte, répondre à votre question devient très difficile, voire impossible. Sachez cependant que ce qui rapproche les protestants est la lecture de la Bible. Même si elle est interprétée de façon très diverse, elle n'en demeure pas moins le livre de référence. Peut-être en vaut-il la peine que vous vous y intéressiez?  

     

  • Q :
    est ce que les protestant croive en plein de Dieu
    R :
    Les protestants croient en un seul Dieu !
    Les protestants forment une des trois branches du Christianisme. 
    En fait, le christianisme est divisé en trois grandes familles : les catholiques, les protestants et les orthodoxes. Les chrétiens (qu'ils soient catholiques, protestants ou orthodoxes) croient en un seul Dieu. Mais un Dieu trinitaire, un Dieu mais à la fois : Père, Fils (Jésus-Christ) et Esprit-Saint. C'est-à-dire que Dieu est un, mais en même temps trois. C'est ce que l'on appelle la trinité (une notion un peu difficile à comprendre il est vrai). La quasi-majorité des chrétiens croient en la trinité. A l'intérieure du christianisme on donne aussi comme nom à Dieu : Seigneur, Eternel,... parfois aussi sainte-Trinité.
    Les protestants en ce domaine ne se différencient pas des autres chrétiens. 
  • Q :
    ou va l'offrande collecté par les eglises protestantes en israel?
    R :

    Les Églises protestantes sont très diverses. Il existe une multitude d'Églises protestantes de toutes dénominations. Cette diversité se manifeste aussi dans la question de l'offrande. Cependant le sérieux apporté à sa collecte et sa destination est bien réel. On connaît la rigueur protestante dans tous les domaines et en ce domaine aussi, je l'espère. La plupart du temps, les Églises utilisent le montant des offrandes pour deux destinations principales : les frais de fonctionnement et les dons dans le cadre diaconal, en ce compris aussi, pour ce que l'on appelle parfois, la mission. Ne sachant pas de quelle Église protestante en particulier vous parler nous ne pouvons vous répondre de façon plus détaillée.

  • Q :
    Comment appel ton les protestant ou peut t'on la pratiqué
    R :

    Votre question porte-t-elle sur les dénominations différentes que l'on retrouve au sein du protestantisme?

    N'oublions pas tout d'abord que le protestantisme est une des trois grandes branches du christianisme (avec le catholicisme et l'orthodoxie). Je dirais donc que tout protestant est avant tout un chrétien (que c'est là son nom de famille).
    Il est vrai que certains protestants ne font pas tellement appel à ce nom de "protestant", qui leur semblent être une dénomination historique un peu éloignée. Les termes "évangéliques" ou aussi parfois "évangélistes" sont employés pour désigner les protestants des Églises  Évangéliques. N'oublions pas que certaines Églises référencées comme faisant partie de la mouvance protestante utilisent une dénomination qui leur son propre, comme par exemple les anglicans, mais aussi on entend parler de Baptsiste (pour les protestants appartenant à une Église Baptiste) ou les mennonites...
    Une caractéristique du protestantisme est sa diversité, qui se retrouve aussi dans ses dénominations.
    Vous trouverez l'adresse des lieux de culte dans notre rubrique "Lieux de culte".

  • Q :
    L'église a t-elle le droit selon la Bible d'exclus ou radier um membres de l'assemblée si oui dans quels cas
    R :

    Le protestantisme est très divers. Sur cette question en particulier la pratique des Églises Protestantes diverge. Certaines tolèrent plus que d'autres des positions différentes en leur sein. Ces positions peuvent toucher des questions doctrinales, éthiques ou ecclésiologiques. Certaines Églises vont donc exclure des membres en raison de leurs divergences de vue ou de vie. Ces différences de vue seront le résultat de leur lecture particulière de la Bible. D'autres Églises par contre ne radieront jamais un membre. En se référant à l'attitude de Jésus qui a accueilli tout le monde en leur proposant une nouvelle vie.

  • Q :
    quel est l'objet qui a le plus de valeur dans un temple protestant au niveau de la religion
    R :

     Généralement il n'y a pas d'objets de valeur dans un temple protestant. En effet, les temples (nous disons aussi Églises) protestants se caractérisent généralement par une décoration très sobre, voire même dépouillée. Il ne faut cependant pas généraliser, le protestantisme étant très divers.

    Mais en matière de symbolisme, la présence d'une bible, ou de versets bibliques inscrits sur les murs... se retrouve quasi dans toutes les Églises. Les protestants, en effet, se caractérisent par la lecture de la Bible qui est leur livre de chevet et de référence dans leur vie. 


  • Q :
    comment appelle t on l'interieur d'une église
    R :

    Il y a deux mots principalement que l'on utilise dans le protestantisme pour désigner le lieu de culte : l'église et le temple.

    L'appellation des différents espaces intérieurs d'une église protestante ne diffère pas tellement de la dénomination catholique. C'est ainsi que l'on parlera aussi de nef et de choeur... mais le mieux est peut-être de regarder ce lien : http://www.ecoles.cfwb.be/argattidegamond/cARTable/Plan-eglise_visite%20guidée.htm

    L'architecture d'un temple peut cependant prendre des formes très varié. Cela dépend pour beaucoup de l'histoire du bâtiment et de la communauté qui l'occupe. Notons qu'en Belgique, les temples sont souvent d'anciennes bâtisses (parfois de simples maisons) aménagées pour y célébrer le culte. Pour le protestant, le lieu n'est pas sacré. On peut faire un culte presque n'importe où. Cela n'empêche pas un respect pour le lieu et souvent aussi une symbolique.

    L'intérieur d'un temple (ou église) protestant est cependant caractérisé, dans la plupart des cas (le protestantisme est très divers et il ne faut donc jamais généraliser dans son cas), par une grande sobriété dans la décoration.  

     


  • Q :
    Comment sont appelés les prostants
    R :

    J'imagine que votre question porte sur les dénominations différentes que l'on retrouve au sein du protestantisme.

    N'oublions pas tout d'abord que le protestantisme est une des trois grandes branches du christianisme (avec le catholicisme et l'orthodoxie). Je dirais donc que tout protestant est avant tout un chrétien (que c'est là son nom de famille).

    Il est vrai que certains protestants ne font pas tellement appel à ce nom de "protestant", qui leur semblent être une dénomination historique un peu éloignée. Les termes "évangéliques" ou aussi parfois "évangélistes" sont employés pour désigner les protestants des Églises  Évangéliques. N'oublions pas que certaines Églises référencées comme faisant partie de la mouvance protestante utilisent une dénomination qui leur son propre, comme par exemple les anglicans, mais aussi on entend parler de Baptsiste (pour les protestants appartenant à une Église Baptiste) ou les mennonites...

    Une caractéristique du protestantisme est sa diversité, qui se retrouve aussi dans ses dénominations.

     

     

  • Q :
    Bonjour voilà je voudrai me marier à l église catholique mais mon époux c est déjà marier il y a 25 ans dans un temple protestant Peut on se remarier a l église catholique ?
    R :

    Il faut en parler avec le curé de l'église où vous envisagez de vous marier. Il existe en effet une réglementation dans l'Église catholique à ce sujet. Tout dépendra probablement de la façon dont cette Église comprendra le premier mariage de votre époux. En cette matière, c'est donc à un confrère catholique de vous guider.

    Comme vous le savez, le protestantisme est pluriel. La question du remariage trouve une réponse différente selon les Eglises. Certaines l'acceptent, d'autres pas. De même, certains courants protestants célèbrent volontiers des mariages oecuméniques, d'autres sont bien plus réticents.

    Ainsi certains mettent l'accent sur les promesses faites lors de la célébration du mariage. Promesse,e.a., de s'unir pour la vie. Cette promesse étant faite devant Dieu et les hommes il n'est pas possible de la briser. Dans ce cadre, le remariage est impossible.

    D'autres mettent l'accent sur le fait que le mariage est une bénédiction. Certes, il y a des promesses qui sont faites, mais la vie prend parfois des chemins qui mènent à des ruptures. Dieu accompagne chacun dans ses chemins, sans juger, mais en bénissant. Dans ce cadre, le remariage est envisageable.

     

  • Q :
    Quelles sont les différences entre calvinistes et luthériens ?
    R :

    Il est difficile de répondre à cette question en quelques lignes, c'est pourquoi je vous renverrais à un article très bien fait que vous pouvez trouver à cette adresse :  http://blog.oratoiredulouvre.fr/2013/02/les-differences-entre-reformes-et-lutheriens/

     

    Il faut juste savoir qu'ici les termes de réformé et calviniste sont équivalents.

  • Q :
    Quelle est la différence entre un pasteur et un missionnaire?N'importe qui peut se dire pasteur?Merci pour votre réponse
    R :

    Dans le protestantisme, un pasteur est une personne qui a pour fonction le service d'une communauté locale (appelée aussi Église ou paroisse). Il a pour tâche la prédication (éclairer et actualiser la lecture de la Bible), la présidence des offices religieux (culte, études bibliques, réunion de prières, mariage, baptême, catéchisme...), la gestion de la paroisse (normalement accompagné en cette fonction par un consistoire, appelé aussi conseil des anciens ou autre...), les visites spirituelles aux paroissiens. Il a souvent aussi un rôle de missionnaire.

    Historiquement parlant, le missionnaire est la personne qui annonce l'évangile aux personnes qui ne le connaissent pas.

    Dans le protestantisme, il n'y a pas de personne ou d'instance qui pourraient refuser le titre de pasteur à une personne qui le revendiquerait. Mais il existe des facultés universitaires de théologie protestante (dont certaines sont reconnues par les pouvoirs publics) et autres écoles bibliques qui forment les pasteurs ou les missionnaires. Il est évident que toutes personnes qui se sentent appelées à vraiment servir l'Église ont le souci de se former aussi. 

  • Q :
    pourquoi les chretiens protestant ne suivent pas le sabbat comme les adventiste
    R :

    Une précision tout d'abord : les Églises adventistes sont généralement considérées comme des Églises protestantes. En Belgique, par exemple elles sont administrativement en partenariat avec l'Église Protestante Unie de Belgique.

    Il est vrai que ces paroisses organisent leur culte le samedi (ce qui correspond au jour du sabbat dans le judaïsme) et considèrent ce jour comme le jour du repos.

     

    Pour répondre à votre question, il faut invoquer la pratique des communautés chrétiennes du tout début. En effet, des textes du Nouveau Testament montrent que ces communautés se réunissaient le premier jour de la semaine (le dimanche) Cf. Actes 20:7. Au moins deux raisons à cela sont généralement invoquées.

    Le jour du repos et de célébration dans le judaïsme était le samedi (le jour du sabbat). Dans le christianisme primitif, beaucoup suivaient ce jour du repos et se rendaient même à la synagogue. Le lendemain, ils se réunissaient entre chrétiens, c'est-à-dire entre personnes qui avaient reconnu en Jésus de Nazareth le Messie (le Christ) attendu. Lors de ces rencontres du premier jour de la semaine, on peut considérer qu'ils lisaient et se racontaient les histoires sur Jésus (les Évangiles n'existaient pas encore comme nous les connaissons aujourd'hui), lisaient des lettres comme celle de Paul et célébraient la Sainte-Cène (eucharistie) en souvenir de Jésus.

    La deuxième raison invoquée est celle du jour de la Résurection. En effet, d'après les textes du Nouveau Testament Jésus est ressuscité le premier jour de la semaine. Il est alors assez logique qu'on se souvienne de lui ce jour-là.

    Les choses ont évolué par la suite. Le christianisme rapidement, pour différentes raisons, s'est démarqué du judaïsme. Une façon de dire sa différence était celle de célébrer son Dieu, un autre jour.

    Aujourd'hui, le dimanche est considéré comme le dernier jour de la semaine. Il est à noter qu'il existe des Églises, comme les adventistes par exemple, qui tiennent à garder le samedi comme jour de repos et de célébration. Ils souhaitent ainsi mieux respecter certains commandements bibliques.

    Dans beaucoup d'Églises, on considère cependant que peu importe le jour et l'heure, pourvu que l'on consacre, de temps à autre, des moments pour célébrer notre Dieu.

  • Q :
    pourquoi les diverses confessions protestantes sont-elles nombreuses
    R :
    Vous avez raison, il existe de nombreuses Eglises Protestantes différentes. En dire le nombre est d'ailleurs très difficile. Cette diversité remonte dès l'apparition des Eglises protestantes. C'est au 16ème siècle que le protestantisme a vu le jour, il n'a cessé depuis de se découper en diverses Églises et familles d'Église. Ainsi il y a les luthériens, les réformés (que l'on appelle aussi parfois, les calvinistes ou presbytériens), les pentecôtistes, les mennonites, les évangéliques, les baptistes... et bien d'autres dénominations encore. Il est bien difficile en fait de s'y retrouver.
     
    Si chaque famille est très différente tant du point de vue doctrinal qu'ecclésiale, il existe malgré tout des points communs. Notamment l'attachement à la lecture de la Bible (qui est vue par tous les protestants comme référence en matière de Foi).
     
    C'est souvent la différence dans la manière de lire et d'interpréter la Bible qui différencie les Églises protestantes. Ainsi les évangéliques sont plus attachés à une lecture littérale des textes. Les réformés une lecture plus critique de ceux-ci. Mais souvent (mais pas toujours) les différences se marquent aussi en matière d'éthique: par exemple acceptation du remariage, euthanasie... Les évangéliques étant plus "stricts"; les réformés plus en phase avec la société actuelle. Les différences se marquent aussi dans la manière de vivre le culte: les Églises historiques (luthériennes, réformées) sont plus attachées à une forme, à un ordre liturgique traditionnel, sobre et faisant essentiellement appelle à l'intellect. Le culte évangélique est plus improvisé et plus sentimental.
     
    En fait, dans le protestantisme, chacun à la liberté de vivre sa foi dans l’Église qui correspond le plus à son tempérament.
  • Q :
    PAR LE CHRIST VOUS AVEZ UN LIEN DIRECT AVEC DIEU. CE QUE LES AUTRES RELIGIONS N'ONT PAS. VOUS ETESDONC LE MEILLEUR CHOIX ?
    R :

    Chaque religion propose une Foi, un rapport au divin, des valeurs sur lesquelles construire sa vie, une compréhension du monde dans lequel nous vivons... Ces propositions visent l'épanouissement de la personne, la vie harmonieuse avec l'humanité et le monde. Il est vrai que dans le protestantisme, comme dans les autres branches du christianisme, le Christ, sa personne et ses paroles que l'on retrouve dans l'Évangile, occupent une place centrale dans ces propositions. 

    Il appartient à chacun de choisir la voie religieuse qu'il veut suivre et s'il le désire trouver une communauté avec laquelle il peut le mieux épanouir cet aspect de son existence. Le protestantisme est à cet égard très divers et propose des approches parfois différentes, mais toutes basées sur une lecture de la Bible. 

     


  • Q :
    Je ne comprend pas pourquoi les homosexuels ont le droit de se marier devant Dieu alors que Dieu à créer l'homme à son image et Dieu n'est pas un homosexuel vu qu'il à donné Eve à Adam ! Pourquoi ne suis je pas en accord avec mes pères qui sont plus éclairé ?
    R :
    La question sur l'homosexualité et en particulier le droit au mariage pour les homosexuels est débattue au sein du protestantisme. Certaines Églises y sont clairement opposées alors que d'autres acceptent d'organiser ce type de mariage (dans le protestantisme, le mariage est une demande, faite à Dieu, de bénédiction sur un couple). Le protestantisme est pluriels et dans les questions éthiques cette pluralité se révèle souvent.

    Reprendre les raisons des uns et des autres serait ici trop long. Nous pouvons cependant dire qu'au sein du protestantisme les réponses données dépendent, pour beaucoup, du type de lecture de la Bible que l'on a. Par exemple, ceux qui sont contre reprennent, comme vous le faites, des arguments et des versets bibliques qui semblent aller, dans le sens de l'interdiction de ce type de relation. Ceux qui sont plus favorables mettent en avant l'attitude d'ouverture et de tolérance induite par la vie et les paroles de Jésus. Cependant, les arguments des uns et des autres sont complexes et abondants. Je ne peux donc que vous inviter à consulter ces arguments sur différents sites d'Églises qui les présentent ou en parler avec des pasteurs.

  • Q :
    Qui a dit: Si ton âne tombe dans un puits le jour du sabbat ne vas-tu pas l'en sortir? et dans quel évangile?
    R :

    Je pense que vous faites allusion au verset de l'évangile de Matthieu chapitre 12 verset 11 : où Jésus dit : "Mais lui leur dit : Quel sera l'homme d'entre vous qui aura une seule brebis, et qui, si elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la saisira et ne l'en retirera pas ?"

    Il faut lire, bien sûr, toute l'histoire pour en comprendre le sens. Dans les évangiles a différents moments nous voyons Jésus s'expliquer à propos du sabbat. On sait qu'à l'époque, beaucoup de ses contemporains, particulièrement les plus pieux d'entre les israélites, considéraient que tout travail le jour du sabbat (le samedi), était interdit par la Loi. Allez à l'encontre de cette interdiction était une grave transgression à leurs yeux. Ces personnes (des maîtres de la Loi, pharisiens...) interrogent Jésus à diverses reprises, en particulier parce qu'ils constataient que les disciples de Jésus prenaient des libertés par rapport à cette interdiction. (Lire le début du chapitre 12 et les parallèles dans les autres évangiles : notamment : fin du chapitre 2 et début chapitre 3 de l'Évangile de Marc). On peut résumer la position de Jésus, sur cette question, en disant que pour lui, des gestes d'amour fraternel et d'entraide prennent le dessus par rapport au respect strict de la lettre de la Loi.

  • Q :
    Bonjour, je cherche à me procurer une croix protestante néanmoins je ne comprends pas qu'elles sont les raisons qui expliquent autant de différences de représentations des croix. merci par avance
    R :
    Vous voulez probablement parler de la croix huguenote. Cette croix est en effet souvent considéré comme le symbole des protestants.(C'est pourquoi on la retrouve dans l’entête de notre site.)
    Elle se présente sous diverses formes, souvent stylisées.
    Vous trouverez des indications quant à son origine et sa signification sur bons nombres de sites internet : en voici, à tout hasard, quelques'un.

    www.museedudesert.com/article5674.html

    www.museeprotestant.org/notice/la-croix-huguenote-3/

    www.protestants.org/?id=1513

    Vous pouvez vous procurer cette croix généralement dans certaines librairies protestantes ou la commander sur internet dans ces librairies. Cf notre rubrique : Éditeurs et Librairies.

  • Q :
    bonjour, je crois en l'église invisible depuis toujours tout en étant agnostique, pourrais-je me considérer comme Protestant au sens large ? merci! Olivier, Bruxelles
    R :

    Dans les faits, est protestant toute personne qui se dit protestant!

    En effet, il n'existe, pas d'instance qui pourrait définir, au nom de tout le protestantisme, qui peut se revendiquer comme protestant ou non. C'est à chacun, en son âme et conscience, de se déterminer.  

    Généralement, l'idée d'une Église Universelle et invisible est reprise par les Églises Protestantes. Cette idée tourne autour d'une affirmation : Seul Dieu peut dire qui fait partie de son Église.

    Un nombre important de protestants se reconnaîtront aussi comme agnostique. C'est-à-dire qu'ils se reconnaissent comme des chercheurs de Dieu. Tout en ayant une Foi sincère, ils peuvent avoir du mal à suivre les affirmations traditionnelles des Églises. Et puis, la Foi n'a-t-elle pas le droit d'évoluer, s'approfondir et explorer de nouvelles facettes?

    Notons aussi qu'au niveau des paroisses locales les choses peuvent varier. Le protestantisme est multiple. Si beaucoup d'Églises protestantes demandent à leurs membres un engagement pour être reconnus comme tels, d'autres Églises n'ont aucune exigence en ce domaine. Cet engagement peut prendre des formes variées : confession de foi, baptême,... 

  • Q :
    bonjour Mr le Pasteur je voulais vous demander :Dieu interdit les statues dans le decalogue, pourquoi il doit de faire 2 cherubins sur l'ache d'alliance ? merci de votre réponse. gilles
    R :
    Effectivement dans le décalogue au chapitre 20 du livre de l'Exode il y a cette recommandation qui semble assez catégorique : "Tu ne te feras pas d'image taillée, ni aucune figure de ce qui est dans les cieux en haut, ou de ce qui est sur la terre en bas, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point " (même recommandation dans la deuxième ressentions du décalogue en Deutéronome 5).

    Losqu'il est question de la construction de l'arche de l'alliance en Exodes 25 il est effectivement mentionné 2 chérubins en or (description reprise dans l'épître aux Hébreux). On peut les rattacher à Genèse3 : 24 : les chérubins ont alors une fonction de gardiens devant la présence invisible de Dieu.

     

    Pour répondre à votre question : 

    La bible reflet l'approche humaine de Dieu. Tantôt une approche qui perçoit l'absolue différence de Dieu (sainteté) par rapport à l'humanité. Nul ne peut se le représenter, il est invisible et non représentable. Il est aussi un Dieu jaloux qui réclame l'exclusivité. Faire une représentation irait à l'encontre de cette sainteté. Le risque d'idolâtrie est vu comme trop important.

    Tantôt, l'homme a besoin de symboles, de représentation imagée, pour l'aider dans sa relation à Dieu. Des images (icônes), des objets... servent à l'aider à penser Dieu et se tourner vers lui.

    Les religions ont toujours été sensibles aux deux approches en essayant de trouver une voie médiane ou privilégiant l'une ou l'autre approche.

    Le protestantisme s'est toujours méfié de la deuxième approche par peur d'idolâtrie. C'est pourquoi beaucoup de lieux de culte protestant sont très dépouillés et très sobres. Ce qui n'empêche pas une approche esthétique de l'art. Mais d'autres formes de christianisme ont été plus sensible et ont développé et théorisé bien d'avantage la deuxième approche (les icônes chez les orthodoxes par exemple).

  • Q :
    Quel est le bâtiment protestant le plus important de nos jours?
    R :
    En fait je serai bien en peine de vous répondre à cette question pour deux raisons. La première étant que le protestantisme est pluriel. Il n'y a pas ni de personne, ni d'institution, ni de lieu qui pourrait prétendre à représenter ou être le symbole de tout les protestants.

    Mais surtout, les protestants n'ont pour la plupart jamais porter une importance majeure au lieu de culte. Les offices religieux  peuvent se dérouler à peu près n'importe où. C'est la foi des fidèles qui importe, pas le lieu de la célébration. Avoir un lieu de référence n'a donc pas de raison d'être pour le protestant.

    Maintenant il est vrai que certaines Églises ont un attachement à certains lieux pour des raisons liées à l'histoire. Comme lieu de mémoire ou rappel de l'histoire. Comme par exemple la cathédrale de Genève pour les protestants réformés suisses ou la chapelle Royale à Bruxelles (lieu où le premier roi des Belges allait assister au culte) pour le protestantisme historique belge. Mais ce n'est qu'un attachement secondaire. Chaque Église aura peut-être ainsi un lieu un ou des lieux un peu emblématiques.

    Dans le protestantisme, il n'y a en tout cas pas de lieu comme le temple de Jérusalem ou la cathédrale StPierre à Rome qui "symboliserait" la religion.

  • Q :
    Que dites vous sur le texte biblique tiré du matthieu :21,28-32? Merci d'avance
    R :
    Dans ce passage de l'Évangile, Jésus s'adresse à des autorités religieuses de l'époque (cf. v.23). Dans la partie de sa réponse que vous reprenez, il dit une sorte de parabole du Royaume. Le verset 31 en montre le sens : ce n'est pas ceux qui semblent se dépêcher à remplir leurs obligations religieuses (à cette époque là il s'agissait d'observer les préceptes de la Loi) qui seront les premiers à entrer dans le Royaume de Dieu, mais ceux qui d'un coeur sincère se convertissent. Ainsi, ceux qui sont vus comme de grands pécheurs ont une place auprès de Dieu s'ils se convertissent.

    On peut y voir une proclamation de la grâce de Dieu : Dieu accueillant tous ceux qui finissent par le servir (=avoir confiance en lui) quelle que soit leur vie.

    C'est un passage de l'Évangile où l'on voit Jésus polémiquer avec les autorités de son époque. Il semble avoir dû le faire assez souvent. Il faut bien replacer les choses dans leurs contextes. Mais on peut y entendre l'ouverture d'un Dieu qui ne s'arrête pas aux apparences et accueils toujours celui qui se tourne vers lui.

  • Q :
    qu'Est-ce que le culte de réformation
    R :
    Chaque année, le dimanche qui précède le 31 octobre, un culte spécial est organisé dans bon nombre d’Églises Protestante. Souvent, il remplace le culte habituel de ce dimanche-là. Ce culte s'appelle culte de la Réforme ou encore culte de la Réformation. Il est destiné à rappeler les fondements du protestantisme. Cette date a été choisie en fonction du 31 octobre 1517. Ce jour-là, le moine Martin Luther aurait cloué sur la porte d'une Église de Wittenberg en Allemagne un document présentant 95 thèses contre les indulgences vendues par l’Église Catholique romaine. Cette date a été retenue comme la date anniversaire de la Réforme. À partir de cette période, tout un mouvement s'est déclenché provoquant une division au sein de l’Église et donnant naissance aux différentes Églises Protestantes.

     

    Lors du culte de la Réforme, on aime se souvenir de l'histoire (souvent mouvementée) et des doctrines fondamentales du protestantisme. Toutefois, on se gardera bien de faire des réformateurs des saints (au sens catholique du mot) ni de faire de leurs doctrines des vérités universelles et atemporelles.

     

    Lors de ces cultes, on reprend, par exemple, des textes des réformateurs pour marquer les différents moments liturgiques.

     

  • Q :
    Un homme catholique marié civilement uniquement et divorcé peut il se remarier avec une femme célibataire venant d'une famille apostolique évangélique ?
    R :

    Pourquoi ne pourraient-ils pas? Les sentiments amoureux qui rapprochent deux êtres libres ne seraient-ils pas inspirés par l'amour que Dieu a mis dans le coeur des hommes et des femmes?

    Dans le protestantisme, la cérémonie de mariage est une demande de bénédiction sur deux êtres qui veulent former un couple, unir leur vie devant Dieu et les hommes, et vivre leur amour.

  • Q :
    Bonjour, je suis dans une eglise evangelique protestante depuis peu,ma question:Pourquoi le culte se passe-t-il le dimanche(sunday) et pas le samedi?
    R :
    Pour répondre à votre question, il faut invoquer la pratique des communautés chrétiennes du tout début. En effet, des textes du Nouveau Testament montrent que ces communautés se réunissaient le premier jour de la semaine (le dimanche) Cf. Actes 20:7. Au moins deux raisons à cela sont généralement invoquées.

    Le jour du repos et de célébration dans le judaïsme était le samedi (le jour du sabbat). Dans le christianisme primitif, beaucoup suivaient ce jour du repos et se rendaient même à la synagogue. Le lendemain, ils se réunissaient entre chrétiens, c'est-à-dire entre personnes qui avaient reconnu en Jésus de Nazareth le Messie (le Christ) attendu. Lors de ces rencontres du premier jour de la semaine, on peut considérer qu'ils lisaient et se racontaient les histoires sur Jésus (les Évangiles n'existaient pas encore comme nous les connaissons aujourd'hui), lisaient des lettres comme celle de Paul et célébraient la Sainte-Cène (eucharistie) en souvenir de Jésus.

    La deuxième raison invoquée est celle du jour de la Résurection. En effet, d'après les textes du Nouveau Testament Jésus est ressuscité le premier jour de la semaine. Il est alors assez logique qu'on se souvienne de lui ce jour-là.

    Les choses ont évolué par la suite. Le christianisme rapidement, pour différentes raisons, s'est démarqué du judaïsme. Une façon de dire sa différence était celle de célébrer son Dieu, un autre jour.

    Aujourd'hui, le dimanche est considéré comme le dernier jour de la semaine. Il est à noter qu'il existe des Églises, comme les adventistes par exemple, qui tiennent à garder le samedi comme jour de repos et de célébration. Ils souhaitent ainsi mieux respecter certains commandements bibliques.

    Dans beaucoup d'Églises, on considère cependant que peu importe le jour et l'heure, pourvu que l'on consacre, de temps à autre, des moments pour célébrer notre Dieu.

  • Q :
    Bonjour à vous, je désirerai connaître la différence entre une église protestante , réformée et évangélique D'avance merci pour votre reponse
    R :
    Parler de protestantisme au singulier est difficile. Il y a des protestantismes! En effet, si c'est au 16ème siècle que le protestantisme a vu le jour, il n'a cessé depuis de se découper en diverses Églises et familles d'Église. Ainsi il y a les luthériens, les réformés (que l'on appelle aussi parfois, les calvinistes ou presbytériens), les pentecôtistes, les mennonites, les évangéliques, les baptistes... et bien d'autres dénominations encore. Il est bien difficile en fait de s'y retrouver.

     

    Si chaque famille est très différente tant du point de vue doctrinal qu'ecclésiale, il existe malgré tout des points communs. Notamment l'attachement à la lecture de la Bible (qui est vue par tous les protestants comme référence en matière de Foi).

     

    C'est souvent la différence dans la manière de lire et d'interpréter la Bible qui différencie les Églises protestantes. Ainsi les évangéliques sont plus attachés à une lecture littérale des textes. Les réformés une lecture plus critique de ceux-ci. Mais souvent (mais pas toujours) les différences se marquent aussi en matière d'éthique: par exemple acceptation du remariage, euthanasie... Les évangéliques étant plus "stricts"; les réformés plus en phase avec la société actuelle. Les différences se marquent aussi dans la manière de vivre le culte: les Églises historiques (luthériennes, réformées) sont plus attachées à une forme, à un ordre liturgique traditionnel, sobre et faisant essentiellement appelle à l'intellect. Le culte évangélique est plus improvisé et plus sentimental.

     

    En fait, dans le protestantisme, chacun à la liberté de vivre sa foi dans l’Église qui correspond le plus à son tempérament.

  • Q :
    Bonjour, qui est le prophète (ni Elie,ni le Messie mais le prophète) cité dans le chapitre 1 verset 1.21 et 1.25 de l'évangile de Jean ? Je vous remercie.
    R :
    Merci pour votre intéressante question, portant sur un point révélateur d'une certaine "l'espérance  messianique" au premier siècle de notre ère. En fait, il semble que beaucoup attendaient la venue d'un messie (que l'on peut identifier à un envoyé de Dieu pour guider le peuple d'Israël). La question dans le passage cité est posée à Jean-Baptiste. On se demande si c'est lui le Messie attendu. On s'interrogeait sur l'identité du messie et de Jean-Baptiste. On pensait notamment que le messie serait peut-être Élie qui reviendrait (on croyait qu'il n'était pas mort puisqu'à la fin de sa vie il s'envole sur un char de feu). Ou le prophète dont parle Deutéronome 18 : 15-18.  

    On pense généralement que Jean 1:21 et 25 fait allusion à ce prophète de Deut. 18.

  • Q :
    comment peut-on definir la vision de l'eglise?les valeurs?
    R :
    Il n'est certainement pas facile d'avoir une réponse complète et qui ferait l'unanimité au sein du protestantisme. Chaque Église, chaque dénomination ayant mettant en avant certains aspects.

    Cependant la plupart des Églises se retrouveront dans l'affirmation que l’Église a repris l’œuvre que Jésus avait poursuivie durant sa vie.

    La mission de l'Église, est des églises particulières est, dans cette perspective :

    de témoigner de l'évangile dans le monde d'aujourd'hui (par des paroles et par des actes)

    de se rassembler pour célébrer Dieu, lire la Bible et la méditer,

    de donner des signes de la grâce de Dieu par des paroles, des actes et par les sacrements (le baptême et la communion).



    Les valeurs que doit prôner l’Église sont celles qui se retrouvent dans la Bible et qui en particulier permettent à l'être humain de s'épanouir et d'être heureux. Ce sont des valeurs humaines comme la liberté, la fraternité entre les hommes, l'attention aux autres et en particulier vis-à-vis des plus fragile, de sauvegarde de la création…

    Ce sont aussi, bien évidemment des valeurs spirituelles comme la prière et la lecture de la Bible qui éclairent notre façon de comprendre le monde et la place que nous y occupons (l'être humain en générale et soi-même en particulier). Je vous invite à relire dans cette optique le sermon sur la montagne dans l'Évangile de Matthieu les chapitres 5 à 7 qui sont éclairants pour répondre à cette partie de votre question.

    Dans l'espoir que ses quelques pensées puissent vous éclairer...

     TM

  • Q :
    bonjour je suis pentecotiste charismatique eet voudrat vous poser une question d'ordre theologique. J'ai des amis catholiques charismatiques , je me posais la question si ils sont oui ou non sauves car ils parlent en langues comme nous mais prie toujour marie zt n'on pas abandone leur eglsie.... Pouvez vous me repondre svp merci
    R :

    Pour répondre à vos questions je souhaiterais vous en poser : sommes-nous toujours, et en toutes choses sûrs d'être les dépositaires de l'unique vérité? La grâce de Dieu ne dépasse-t-elle pas nos divisions? N'y a-t-il pas plusieurs façons de vivre justement la Foi que Dieu a mise en nos coeurs?

    Je vous laisse méditer...

  • Q :
    Chez les protestants, dans les années 1970-1980, y avait-il la confession?
    R :

    Dans le protestantisme la confession des péchés se vit différemment que dans d'autres confessions chrétiennes, mais n'en est pas moins présente. Dans les différents courants du protestantisme, elle est également perçue et vécue de manière parfois différente. Nous pouvons cependant dire qu'elle existe sous deux formes essentiellement.


    La confession des péchés « générale ». Lors du culte, l'officiant, dans une prière, demande à Dieu pardon pour les fautes commises. Cette prière, également appelée prière d'humiliation ou prière de repentance, est donc publique (chacun ayant la possibilité d'y adhérer dans le secret de son coeur) et générale (ne vise pas une personne en particulier, ni une situation particulière). Elle est parfois précédée par la lecture de la Loi (décalogue, résumé de la loi dans l'évangile, ou tout autre texte de réflexion portant sur le comportement de l'homme). Elle est toujours suivie par une proclamation de la grâce de Dieu.

    Mais il existe aussi une seconde confession des péchés : la privée. Le pasteur ou diacre ou toute personne habilitée à le faire, écoute, dans un entretient d'ordre privé et secret, ce qu'une personne sentant le besoin de le faire, reconnaît comme faute. Il n'y a pas de lieux particuliers réservés à cet effet. Il doit y avoir un lien de confiance établi entre la personne qui parle et celle qui écoute. Il est évident que le secret professionnel est de mise dans ce cas de figure. Le rôle du pasteur est ici de faciliter la confession à Dieu. Ici aussi l'entretien se termine par la proclamation de la Grâce de Dieu.


    Dans le protestantisme la confession de foi est généralement ressentie, non comme une obligation, mais comme une réponse de l'homme quand il comprend l'amour de Dieu pour l'humanité.


    Dans les différents courants du protestantisme, la confession des péchés peut prendre des sens parfois multiples et être vécue de manière parfois différente. Les réformateurs du 16e siècle, même s'ils étaient plus réticents à la confession des péchés privés ne l'ont pas abolie. Elle est toujours pratiquée dans nos Églises et l'a toujours été.

    TM

  • Q :
    En faisant du moderne jazz je ne sais pas si je suis en relation avec dieu
    R :
    p, li { white-space: pre-wrap; }La musique est un langage, comme un autre, elle permet d'exprimer nos sentiments, nos états d'âme... et aussi notre foi. 

    Votre question est un peu celle-ci : y a-t-il des styles de musique plus propice à exprimer la foi en Dieu?

    Nous n'oublions pas que la musique est un don de Dieu. Et comme tout don nous pensons que nous avons la liberté de l'utiliser pour le bien.Tout dépend de ce que l'on fait avec.

    De plus, dans le protestantisme, nous pensons généralement, que tous les styles de musique puissent nous  rapprocher de Dieu, ou tout au moins exprimer notre prière, notre louange... Il existe, d’ailleurs, des groupes qui expriment leur foi au moyen de tous les styles de musique : du classique ... au Hard Rock.

    On n'oubliera pas non plus que tout le monde n'apprécie pas tous les genres de musique. Chacun ses accointances.  Et qu'aussi, nos préférences musicales dépendent du moment, de notre état d'âme.

  • Q :
    Pour quoi les luthérien et les calvinistent ne reconnaissent pas l'autorité du pape
    R :
    En effet, une question qui sépare encore aujourd'hui le Catholicisme et le Protestantisme concerne l'autorité du Pape. Selon la doctrine de l'Église Catholique romaine, le Pape est le "Vicaire de Jésus-Christ", il remplace Jésus-Christ à la tête visible de l'Église. Ce qu'il promulgue, en tout cas en certaines circonstances, doit être considéré comme infaillible et  référence pour tous les fidèles de l'Église Catholique. Pour les protestants, seul Jésus-Christ occupe la tête de l'Église (qu'elle soit visible ou invisible). Aucun homme ne peut prétendre à cette place.

    Les protestants pensent aussi qu'aucun être humain ou institution humaine ne peut prétendre à l'infaillibilité. La parole qui fait autorité dans et pour la vie n'est pas à aller rechercher dans une Église ou auprès des représentants de Dieu, mais dans la parole de Dieu même. Cette parole on peut la trouver dans la lecture de la Bible et sa méditation.  

    Les catholiques s'appuient sur la succession apostolique pour essayer de justifier l'autorité du Pape. Pour les protestants cette succession apostolique a un autre sens : sont successeurs des apôtres toutes personnes qui partagent la foi qui les animait.

  • Q :
    Avez vous les livres bibliques qui s'adressent aux enfants?Est ce que le petit livret l'année biblique existe encore ? Merci réponse
    R :

    Voici le lien de notre site où différentes librairies sont répertoriées. Elles possèdent dans leurs catalogues des livres écrits pour les enfants.

     

    http://www.protestanet.be/index_vignette.php?page_id=17

  • Q :
    Y a-t-il une version gratuite de la Bible offline en français à télécharger? 
    R :
    OUI, voir le site : http://www.labibleonline.com/telecharger-gratuit.html (copier l'adresse dans votre moteur de recherche).
  • Q :
    comment appelle-t-on les membres d'une secte?
    R :

    Tout dépend de quel point de vue on se place !

    S'il s'agit de personnes qui agissent consciemment dans une secte (par exemple les initiateurs, les leaders), nous pourrions les qualifier de sectaires (c'est-à-dire qui se séparent des autres, quel que soit le motif donné).

    S'il s'agit des personnes qui suivent le courant de pensée d'une secte, nous pourrions très souvent les qualifier de "victimes", qu'elles soient consentantes ou non.

  • Q :
    combien de types de protestante existe-t-il
    R :

    Le protestantisme regroupe différentes grandes "familles" religieuses nées suite à la Réforme protestante du XVIè siècle. Le protestantisme regroupe aujourd'hui de nombreuses confessions dont les luthériens, les réformés (calvinistes), les anglicans, les mennonites (anabaptistes), les baptistes, les méthodistesles quakers, l'Armée du Salut, les adventistes, les pentecôtistes et un certain nombre d'églises dites évangéliques

    Sur le plan international, les églises protestantes, toutes dénominations confondues, regroupent environ 300 courants différents.

  • Q :
    sur quel chaine la transmition de la messe protestante de belgique
    R :

    Si vous parlez plutôt télévision, sachez qu'il n'y pas d'office retransmis chaque dimanche, mais quelques fois par an seulement sur RTBF La Deux. Par contre, Présence protestante développe d'autres émissions sur cette chaîne (retransmises aussi sur La Une et La Trois) sur des thèmes variés.

    En radio, il y a une émission par semaine sur RTBF La Première, le samedi à 19h35 et quelques cultes par an.

    Vous pouvez obtenir le programme sur simple demande à l'APRT, rue Brogniez 44 à 1070 Bruxelles ou sur le site web www.aprt.be 

  • Q :
    pourquoi les ressucités ne se marieront pas, Dieu séparera-t-il ceux qui s'aiment.
    R :

    Votre question est à la fois complexe et simple. Voici une brève réponse en deux temps :

    - Si vous parlez des réssuscités qui n'étaient pas mariés en ce monde, il n'y a plus de raison qu'ils le soient dans le nouveau monde puisque le mariage est temporaire et par conséquent lié au contexte de la finitude (l'homme limité dans le temps et dans l'espace). La sexualité sera donc aussi une réalité dépassée.

    - Si vous parlez de ceux qui ont été mariés en ce monde, la résurrection leur offre bien plus que le mariage (cf. le point précédent). Dans ce monde à venir, le mariage en tant que tel n'aura plus de sens puisque tous vivront dans un amour parfait, entier et éternel. 

  • Q :
    Quelle difference y a t il entre eglise et temple?
    R :

    Votre question a sans doute trait à l'espace architectural (le lieu, le bâtiment). C'est dans ce sens que nous orientons notre réponse.

    La plus grande différence entre une  église catholique et un temple protestant, c'est que celle-ci est "sacralisée", c'est à dire consacrée en lien avec la messe et l'eucharistie (sacrifice). Ce n'est pas le cas des temples protestants de la Réforme qui sont d'abord conçus comme des lieux de réunion pour entendre la Parole (les enseignements, la prédication).

    Cette conception va entraîner de multiples différences architecturales et d'agencement de l'espace. Extérieur assez simple et classique en général et intérieur sobre : 

    - pas d'utilisation d'un choeur réservé aux clercs (sacerdoce universel) comme médiation entre le croyant et Dieu ;

    - pas d'autel, pas de ciborium, pas de tabernacle, pas de baldaquin, mais une simple Table de communion pour la Cène sur laquelle une Bible est exposée et ouverte ;

    - pas de statuaire ni d'oeuvres picturales (et souvent pas de polychromie), souvent une simple Croix (et pas un crucifix) ; 

    - pas de vitraux qui rendaient les églises assez sombres, mais des fenêtres aux vitres blanches laissant pénétrer beaucoup de lumière ;

    - plan centré sur la chaire (lieu de la prédication) favorisant une bonne acoustique et galeries sur un ou deux étages pour optimiser l'espace pour les fidèles.

    Tout ceci a concourru à développer l'identité protestante. Aujourd'hui, les nouveaux édifices sont moins austères qu'au début de la Réforme.

    A noter : les églises évangéliques, elles, sont souvent situées dans des locaux neutres (commerciaux ou industriels) réaménagés pour le Culte et qui ne prennent donc pas en compte les critères décrits ci-dessus.

    Si vous le souhaitez, vous pouvez aller plus loin dans votre recherche en consultant le lien suivant : http://chretienssocietes.revues.org/2736 

  • Q :
    Je suis protestant et divorcé, ai je le droit de me remarier?
    R :

    Globalement, il ne s'agit pas d'un droit mais d'une possibilité dans la plupart des églises protestantes puisque le mariage n'est pas pour eux un sacrement (à la différence de l'Eglise catholique). La cérémonie protestante est essentiellement une cérémonie de bénédiction pour le couple.

    Se remarier est donc légitime. En général, le pasteur/la pasteure que vous rencontrerez vous proposera un accompagnement, comme à tout autre couple, qui tiendra compte de votre expérience de vie.

    Quelques églises évangéliques ne souhaitent pas organiser une bénédiction de remariage à cause du texte biblique qui dit : "Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a unit" (Matthieu 19:6).

  • Q :
    je ne connais pas vraiment toutes les communautés protestantes ? mais est il possible que des protestants n'ai pas un lieu fixe comme les catholoiques ( des eglises) pour se rassemblé et prié?
    R :

    Effectivement, la plupart des églises protestantes ont des lieux de culte identifiables (ex: les temples) y compris sur le plan arcitectural.

    Ceci étant, les lieux de culte des protestants évangéliques sont souvent des bâtiments commerciaux ou industriels reconvertis. Certains même se réunissent tout simplement dans une maison familiale. 

  • Q :
    Bonjour, Je voulais savoir pourquoi vous chrétiens considérez-vous les Juifs comme vos grands-frères spirituels. En quoi le sont-ils? Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela quand on sait que les Juifs ne croient pas au nouveau testament et par conséquent à la divinité de Jésus! Merci de prendre le temps de me répondre.
    R :

    Certes, dans leur grande majorité, les juifs ne croient pas en la divinité de Jésus. Ce n'est donc pas cela, ni la croyance aux écrits du Nouveau testament qui sont déterminant pour considérer les juifs comme nos frères aînés.

    En réalité, il s'agit plutôt de reconnaître l'héritage spirituel transmis par le Christ, juif parmi les juifs, à ses propres apôtres puis à l'église naissante en Palestine, en Asie Mineure et dans l'ensemble du bassin méditerranéen. 

    Face à votre question, une remarque s'impose encore : un certain nombre de juifs de par le monde croient aujourd'hui en Jésus comme le Messie d'Israël. Ainsi, plus que jamais, nous sommes appelés à considérer les juifs comme nos frères. 

  • Q :
    bonjour, ma question se porte sur la sainte cène. bons nombres de fidèles se posent la question de savoir si le pain doit etre fractioné a fure et a mesure que l'on donne a ses frères et soeurs? ou peut'il etre présenté déja en morceaux, pour certains le fait de fractioner le pain a fure et a mesure est un sens de partage, pour d'autres ce n'est pas important . cette question peut vous paraitre sans importance par rapport au vraie but de l'évangile qui consiste a croire a notre sauveur qui est mort pour nos péchés, cependant cette question je la rencontre souvent sur ce je voudrais vous demandez votre avis... merci
    R :

    A propose de la Cène et de la distribution des éléments (pain et vin), il y a diversité de pratiques dans le protestantisme et cela est tout à fait acceptable même d'un point de vue biblique.

    Il n'y a donc pas de "règles" qui codifieraient la manière de présenter ou de distribuer le pain au moment du Repas du Seigneur, mais tout ce qui peut rappeler l'unité, la communion et le partage est le bienvenu lors de ce repas symbolique et commémoratif. 

  • Q :
    les église protestantes belges autorisent-elles le mariage homosexuel ?
    R :

    Dans leur grande majorité, les églises belges ne célèbrent pas de bénédictions pour les couples homosexuels. Cependant, après un long procesus interne, et une décision de l'assemblée de l'Eglise de 2007, quelques paroisses de l'Eglise Protestante Unie de Belgique (EPUB) pratiquent de telles unions.

    Pour plus d'information sur les paroisses concernées, nous vous invitons à prendre contact avec le secrétariat de l'EPUB par email ou au n° suivant : 02 510 61 79

  • Q :
    Peut on faire baptiser sans l'accord d'un des deux parents ?
    R :

    Cela semble déontologiquement difficile, mais il faut cependant tenir compte du contexte de vie, surtout aujourd'hui dans la modernité.

    Dans la mesure du possible, avoir un accord est une excellente chose. A tout le moins, que l'autre parent soit informé de la démarche entreprise semble être le minimum, mais si le désaccord est évident, un ministre du culte ne peut aller à l'encontre de la décision d'un des parents. 

  • Q :
    comment appelle-t-on les communauté protestante qui ne reconnaît ce que le baptême des adultes
    R :
    Ce sont les églises dites professantes (adhésion personnelle de membres après leur conversion) de tendance évangélique, dont les baptistes.  Les églises luthériennes et réformées sont pédobaptistes (concernées par le baptême des enfants).
  • Q :
    Comment revoir les émissions TV RTBF de Présence protestante ?
    R :
    Il suffit de se connecter à l'adresse Internet suivante, cliquer sur l'icône "En quête de sens" et choisir ensuite l'émission que vous voulez voir ou revoir :
  • Q :
    J'ai seize ans et je voudrais me faire baptiser protestante. Pourriez-vous me dire quelles sont les démarches à entreprendre et quelles sont les conditions?
    R :

    Le plus simple serait d'abord de fréquenter une communauté protestante proche de votre lieu de résidence et d'être ainsi préparée au baptême au travers de quelques rencontres avec un catéchète ou le pasteur de celle-ci. Nous pouvons vous aider à en trouver une.

    Cette préparation porte sur la notion de baptême au travers de la Bible, sur sa signification, sur les rites et sur l'organisation pratique de la cérémonie de baptême qui a lieu généralement un dimanche au cours du culte dominical.

    Il est aussi fort probable que, vu votre âge, la communauté s'informe de l'assentiment de vos parents. 

  • Q :
    quel est le lieu de culte des protestants ?
    R :
    Généralement, on parle de Temple quand il s'agit d'un édifice du culte protestant. Mais dans la vision protestante, le lieu de culte n'est pas sacralisé (comme dans la vision catholique). Dès lors, beaucoup de communautés protestantes refusent aujourd'hui le vocable "temple" pour parler du lieu de culte et disent seulement "église".
  • Q :
    J'ai été baptisé selon le culte de l'Eglise Catholique Romaine et je voulais savoir si je devais entamer une démarche de débaptisation en vue d'intégrer le Culte Protestant?
    R :

    Les Eglises protestantes historiques (Eglise protestante unie de Belgique) et un certain nombre d'Eglises évangéliques (Synode fédéral) considèrent que d'un point de vue théologique et biblique, le baptême est un acte unique, qui apporte - par l'Eglise - la grâce de Dieu en Jésus Christ, grâce offerte inconditionnellement.
    Ces Eglises considèrent, que le baptême est un signe de l'Evangile qui unit les chrétiens dans le processus oecuménique : un baptême catholique ou orthodoxe n'est ainsi pas en en concurrence avec un baptême protestant.
    Pour les protestants, il n'y a donc pas de processus de débaptisation à mener.

    Cela étant dit, le protestantisme est multiple et ne parle pas d'une seule voix : dans la plupart des domaines théologiques, il existe des débats et des pratiques diverses. Il serait donc faux d'affirmer catégoriquement que le re-baptême n'existe pas chez les protestants. C'est particulièrement vrai pour les églises dites baptistes qui pratiquent un baptême d'adulte par immersion, mais ici encore, il ne s'agit pas d'un effacement du premier baptême reçu pendant l'enfance.

  • Q :
    Pour les protestants, le Christ est-il Dieu ?
    R :
    Cette question est celle de l'adhésion des protestants au dogme chrétien de la trinité, qui remonte à l'aube du christianisme et qui consiste à croire en un Dieu unique qui se manifeste sous la triple forme du père, du fils et de l'Esprit Saint.
    La grande majorité des Églises protestantes confessent le dogme de la trinité. Notons cependant qu'en Belgique les églises protestantes adventistes et les paroisses libérales adoptent généralement une position dite "unitarienne", c'est à dire qu'elles croient en un Dieu unique, dont le Souffle est donné au monde et dont le Christ Jésus (son Messie) est le parfait témoin.
  • Q :
    Pourquoi y a-t-il autant de divisions, même au niveau de l'interprétation de la Bible, entre les Eglises protestantes?
    R :
    Il n'y a pas de réponse simple à cette vaste question. Peut être que, plutôt que de parler de divisions, nous pourrions parler de diversité. A la différence de l'Eglise Catholique, les Eglises protestantes ne reconnaissent pas d'autorité centrale telle que le pape ou la Curie de Rome (voir la question : quelles sont les grandes différences entre protestantisme et catholicisme ?). Au cours des siècles, un certain nombre de questions théologiques ou pratiques sont  apparues et ont conduit à des regroupements par sensibilité ou affinité. Ainsi il existe plusieurs confessions de foi protestantes et de ce fait des lectures différentes de certains passages bibliques. Malgré cette diversité, tous les protestants partagent une foi commune (voir la question : Être protestant, c’est quoi ?).

    Au sein de notre équipe "Protestanet", issue de familles protestantes assez diverses, nous pensons que ces différences sont une richesse et qu'elles permettent à chacun de trouver sa place dans l'Eglise.
  • Q :
    Un membre d'une église protestante peut-il pratiquer un baptème en accord avec le pasteur de celle-ci ou faut-il une dérogation ?
    R :

    En général il est d'usage dans l'EPUB, dans le cadre de la pratique des sacrements en l'absence de pasteur (baptême et Sainte Cène pour les protestants) de demander une 'délégation pastorale' auprès de l'autorité régionale. Cette 'délégation pastorale' n'est donnée, en principe, qu'à un membre du consistoire ou à un prédicateur laïc.

    Dans la plupart des paroisses évangéliques, c'est au sein du consistoire qu'est décidé qui célébrera la Cène ou éventuellement le baptême, en l'absence du pasteur.

  • Q :
    Peut-on se servir de toute la bible pour prier?
    R :

    Question pertinente !

    En guise de réponse, nous vous proposons ci-dessous une citation du théologien allemand Dietrich BONHOEFFER qui nous parle des Psaumes. Nous ajouterons qu'il y a bien des prières tant dans l'Ancien testament que dans le Nouveau. Dans ce dernier, il y a la fameuse prière que nous enseigne le Christ : Le Notre Père...

    "De prime abord, c’est une chose très surprenante qu’il y ait un recueil de prières dans la Bible. N’est-elle pas, en effet, une parole que Dieu nous adresse ? Les prières, elles, sont des paroles humaines. Comment se trouvent-elles donc ici ? La Bible est parole de Dieu, même dans les Psaumes ; les prières adressées à Dieu sont-elles donc, elles aussi, parole de Dieu ? Cela nous semble difficile à comprendre. Nous ne le saisissons qu’en pensant que Jésus-Christ seul peut nous apprendre à prier correctement et que, par conséquent, la prière est la parole que le Fils de Dieu, vivant avec nous, les hommes, adresse à Dieu le Père qui vit dans l’éternité. Jésus-Christ a porté devant Dieu toute la détresse, toute la joie, toute la gratitude et toute l’espérance des hommes. Sur ses lèvres, la parole de l’homme devient parole de Dieu et, quand nous faisons nôtre sa prière, la parole de Dieu devient à son tour parole de l’homme. Ainsi toutes les prières de la Bible sont des prières que nous faisons en même temps que Jésus-Christ et avec lui, auxquelles il nous associe et grâce auxquelles il nous porte devant la face de Dieu ; sinon, ce ne sont pas d’authentiques prières, car on ne peut prier vraiment que dans et avec Jésus-Christ.
    Dietrich BONHOEFFER, Bible, ma prière, Desclée de Brouwer, p. 57-58.

  • Q :
    Je souhaiterais effectuer une bénédiction de mon mariage ailleurs que dans une église. Est ce possible ?
    R :
    Le mariage n'est pas un sacrement pour les protestants mais la bénédiction d'une union est un acte communautaire. Les mariés viennent affirmer leur amour et sont bénis devant les membres d'une communauté. En pratique, si les époux sont éloignés de l'Eglise ou n'ont pas de paroisse attitrée, il leur est demandé de rencontrer le pasteur de la paroisse de leur choix afin de préparer la célébration qui, généralement, se déroule dans le temple. Il est possible de procéder à la bénédiction nuptiale dans une salle neutre ou même en plein air. Mais de toute manière, cet acte ecclésiastique suppose la présence de membres de la communauté sollicitée à travers le pasteur.
  • Q :
    Peut on prendre part à la Sainte Cène quand on est divorcé(e) ?
    R :

    Chez les protestants, le mariage n'étant pas un sacrement (voir la question "Quels sont les sacrements du culte protestant ?") le fait d'être célibataire, marié(e), veuf(ve) ou divorcé(e) n'est pas un obstacle pour participer à la Sainte Cène. C'est à chacun, en son âme et conscience devant Dieu, de décider s'il participe au repas du Seigneur.

    En général, les églises protestantes n'exercent pas de contrôle autour de ce mémorial et ne posent pas d'interdit sauf dans le cas de conduite indigne connue notoirement qui pourrait porter atteinte à la qualité de la communion fraternelle et à l'unité de la communauté locale.

  • Q :
    Qu'est ce qu'une croix huguenote ?
    R :

    On sait peu de choses sur l'origine de ce symbole protestant, composée d'une croix de Malte et d'un pendentif représentant une colombe. Elle pourrait avoir été imaginé par un orfèvre du sud de la France au 17e siècle et est devenu le signe de ralliement des protestant cévenoles depuis lors. À partir du début du 20e siècle, la croix huguenote s'est répandue en France, Belgique et Suisse : on la trouve aujourd'hui dans les logos d’Eglises nationales, dans l’entête de notre site, sur certaines tombes mais aussi sous forme de pendentif, de badge, de boucle d'oreille, d'autocollants à apposer sur sa voiture, de tatouages...

     

    Notons, pour êtres complets,  que même si elle est très employée dans nos contrées, le symbole historique des protestants belges n'est pas la croix huguenote mais le "sceau des gueux" (voir l'article de RH Boudin dans le n° de Mosaïque de novembre 2009).

  • Q :
    Quelles sont les principales différences entre une église protestante et une église catholique?
    R :
    Ce qui distingue une église protestante d'une église catholique peut être résumé de la façon suivante :
     
    - les églises protestantes ont souvent une place plus discrète dans les villes belges.

    - les églises protestantes sont des bâtiments relativement sobres, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ils sont peu décorés, ne contiennent pas de statues de saints ou autres, pas de bougies, de confessionnal et ont très rarement un clocher (sauf s’ils sont situés dans une ancienne église catholique). Ces églises sont parfois même placés dans des bâtiments qui n'étaient pas un lieu de culte à l'origine (ex. garage aménagé). Cette sobriété est probablement la principale différence avec une église catholique.

    - une église protestante possède, en place centrale, une table de communion sur laquelle est posée une Bible ouverte. Elle comporte parfois un baptistère, et dans certaines églises plus anciennes il y a encore une chaire, mais la plupart du temps, le prédicateur (pasteur ou même laïc) parle derrière un lutrin.

    A titre d'illustration, voici le lien vers la vidéo d'un culte de noël, dans laquelle une rapide présentation est faite de l'église  de Dour.
  • Q :
    Où puis-je trouver la confession de foi des Eglises belges (confessio belgica) ?
    R :

    Voici un lien vers la transcription de la Confesio Belgica :

    http://www.cprf.co.uk/languages/belgic_french.htm

  • Q :
    Comment revoir les émissions TV de Présence protestante (ou autre émission concédées) ?
    R :
  • Q :
    Comment revoir les émissions TV de Présence protestante de l'APRT (ou les autres émissions concédées) ?
    R :
    Allez à la page Internet suivante, cliquez sur l'icône des émissions "En quête de sens", puis choisissez ensuite l'émission de Présence protestante que vous souhaitez voir ou revoir :
     
  • Q :
    Quel est le nombre de paroisses protestantes en Belgique ?
    R :

    Le Conseil administratif du culte protestant et évangélique (CACPE) dénombre 702 paroisses au total (chiffre de novembre 2010).

    Elles se répartissent comme suit :

    • Eglise Protestante Unie de Belgique et églises partenaires : 204 (109 EPUB et 95 partenaires).
    • Synode fédéral des églises protestantes et évangéliques : 498 (soit environ 33000 membres).
  • Q :
    Quelles études doit-on entreprendre pour être pasteur(e) ?
    R :
    En ce qui concerne l’Eglise Protestante Unie de Belgique (EPUB), à minima une licence en théologie souvent complétée par un doctorat.
    Pour une partie des églises évangéliques, un graduat en sciences religieuses est requis, mais il arrive souvent que les églises locales fassent appel à des personnes sans formation théologique.
  • Q :
    Les femmes ont-elles accès au ministère pastoral ?
    R :
    OUI sans aucun doute pour l’EPUB. C’est possible aussi pour une minorité d’églises évangéliques en Belgique.
  • Q :
    Quels sont les traits de caractère nécessaires pour être pasteur(e) ?
    R :
    Patient, relationnel, bon écoutant évitant les attitudes de jugement et si possible doué pour enseigner (bonne pédagogie nécessaire).
  • Q :
    Les pasteur(e)s font-ils vœux de chasteté comme les prêtres ?
    R :
    NON, les pasteur(e)s peuvent avoir une vocation de célibat pour servir le Christ, mais ce n’est en rien une obligation. La plupart sont mariés et expérimente une vie de famille comme leurs paroissiens.
  • Q :
    En quoi se différencie le culte protestant d’une messe catholique ?
    R :
    Très brièvement : Des chants vivants (voire modernes), une prédication de 25’ (explication d’un texte biblique) ce qui revient à dire que les protestants mettent beaucoup l’accent sur la Bible, enfin une eucharistie « souvenir » et non sacrifice appelée couramment sainte Cène.
  • Q :
    Quels sont les textes utilisés lors du culte ?
    R :
    Des textes liturgiques (de toutes les époques du christianisme) ; des chants appelés cantiques, les textes bibliques.
  • Q :
    Quels sont les sacrements du culte protestant ?
    R :
    Les protestants ne reconnaissent que deux sacrements : le baptême et la sainte Cène. Se fondant sur la Parole de Dieu, les Réformateurs constatèrent que seuls ces deux rites avaient été institués par Jésus-Christ lui-même. Le baptême et la sainte Cène sont pratiqués par toutes les Églises protestantes sans exception, avec néanmoins une grande diversité dans la forme et le fond.
  • Q :
    Quelles sont les obligations des pratiquants de la religion protestante ?
    R :
    Les protestants se distinguent par une grande liberté et une certaine méfiance des règles et des traditions. Il n’y a donc pas d’obligation comme telle. Chacun est libre.
  • Q :
    Comment sont nées les Églises protestantes ?
    R :
    Le protestantisme est né au 16ème siècle d'un mouvement de réforme à l’intérieur même de l'Église catholique. Le refus de cet appel à la réforme par la hiérarchie catholique a poussé les « protestants » (protestataires) à se constituer en églises séparées.
  • Q :
    Quelles sont les grandes différences entre protestantisme et catholicisme ?
    R :
    Le protestant ne reconnait l'autorité d'aucune hiérarchie issue d'une succession apostolique directe. Il récuse donc par conséquent l'autorité et l'infaillibilité d'un pape.
    En général, ses leaders sont élus démocratiquement et gouvernent collectivement. Le protestant n’est soumis à aucun corps de doctrine imposé. Il est libre de se former des convictions personnelles à partir de sa compréhension de la Bible.
    Il n’y a que deux sacrements : le baptême et la sainte Cène (Eucharistie), les seuls institués par le Christ.
    Les pasteur(e)s ne sont pas des prêtres investis d'un pouvoir sacramentel. L’enseignement des protestants repose sur la seule Écriture Sainte (Sola Scriptura) à l'exclusion de toute doctrine ajoutée par la tradition et proclamée comme vérité à croire.
    Le protestant ne pratique pas le culte des Saints.
  • Q :
    Pourquoi les protestants ne pratiquent pas le signe de croix ?
    R :
    Il faut tout d’abord observer que l’énoncé de cette question n’est pas tout à fait exact. En effet, des églises luthériennes ont conservé ou rétabli ce signe, parfois uniquement dans le geste liturgique du pasteur et parfois des fidèles eux-mêmes (surtout en Allemagne).
    Souvent à tort, le protestant pense que c’est un signe appartenant à la tradition catholique romaine. Or le signe de croix est pratiqué par de nombreux chrétiens : orthodoxes, catholiques, anglicans, coptes, etc. Ce n'est donc pas un signe typiquement romain.
    A l’origine, ce signe signifiait que le croyant se référait au Christ mort pour lui et se rappelait son baptême. Du temps des Réformateurs, ce signe avait perdu sa signification et était devenu un signe « protecteur ». C'est pour combattre ce type de superstition que Calvin et les réformés l'ont rejeté.
  • Q :
    Être protestant, c’est quoi ?
    R :
    C’est à minima adopter les positions suivantes :
    -          Rien n'est sacré, divin ou absolu en dehors de Dieu. La vigilance est de rigueur envers toute idéologie ou entreprise humaine prétendant revêtir un caractère absolu. Dieu est un Dieu de liberté qui appelle une libre réponse de la part de l'être humain, par conséquent les protestants sont favorables à un système social qui respecte la pluralité et la liberté des consciences.
    -          La valeur d'une personne ne dépend ni de ses qualités, ni de son mérite, ni de son statut social, mais de l'amour gratuit de Dieu qui confère à chaque être humain un prix inestimable. L'Homme n'a donc pas à mériter son salut en essayant de plaire à Dieu. Dieu lui fait grâce, sans condition. Cet amour gratuit de Dieu rend l'Homme apte, à son tour, à aimer ses semblables, gratuitement.
    -          La foi naît de la rencontre personnelle avec Dieu. Elle n’est pas le fruit d’une volonté personnelle ni d’un dogmatisme. Cette rencontre avec Dieu peut surgir brusquement dans la vie d'un individu, mais le plus souvent, elle est l'issue d'un long processus spirituel, d’une quête parsemée de doutes et d'interrogations. La foi est offerte par Dieu, sans condition, gratuitement. Elle est reçue dans la liberté. Elle est la réponse humaine à la déclaration d'amour faite au travers de la Bonne nouvelle proclamée par Jésus-Christ.
    -          Les chrétiens protestants ne reconnaissent que la seule autorité de la Bible.  Elle seule peut nourrir leur foi. Elle est la référence dernière en matière théologique, éthique, institutionnelle. A travers les témoignages humains qu'elle nous transmet, la Bible est la Parole de Dieu.
    -          Les institutions ecclésiastiques sont des réalités humaines faillibles. En référence à l'Evangile, les Eglises doivent sans cesse porter un regard critique et réformateur sur leur propre  fonctionnement.
    -          Parmi les principes les plus novateurs de la Réforme, le sacerdoce universel des croyants instaure une place identique, au sein de l'Eglise, à chaque baptisé. Pasteurs et laïcs se partagent le gouvernement de l'Eglise. Les pasteurs n'ont pas de statut à part dans l'Eglise. Ils assurent en général le service de la prédication et des sacrements, l'animation de la communauté locale, l'accompagnement, l'écoute et la formation théologique de ses membres.
  • Q :
    Comment fonctionne le financement du culte dans le protestantisme ?
    R :
    Historiquement et depuis de nombreuses années, les églises de l’EPUB sont financées par l’Etat belge : entretien des bâtiments ecclésiastiques et subsidiation du poste pastoral.
    La mise en place du CACPE dans les années 2000 a ouvert cette même voie pour les églises évangéliques. Jusqu’à présent, très peu d’entre elles ont fait cette démarche.  La plupart des communautés évangéliques s’autogèrent et les libéralités des fidèles sont importantes parce que, depuis la Réforme, les protestants ont un rapport à l’argent différent des catholiques. Pour un Protestant, l’argent n’est pas sale et il ne fait pas de la pauvreté une vertu.
  • Q :
    Les politiques belges connaissent-ils les églises évangéliques ?
    R :
    Pas réellement, car peu d’entre eux sont véritablement informés de ce qu’est le mouvement évangélique au sein du protestantisme. Et ils ne le sont certainement pas par l’intermédiaire des médias qui ne semblent ni très informés ni très objectifs. Les élus sont souvent très méfiants dès qu’une communauté locale prend une certaine importance numérique. La phobie des sectes rend nos élus très prudents.
  • Q :
    Existe-t-il des phénomènes sectaires dans la mouvance évangélique ?
    R :
    Oui, comme dans toute entreprise humaine à caractère idéologique. Il est clair que certaines églises évangéliques ont des comportements sectaires, mais c’est plutôt une minorité. Il s’agit bien souvent d’églises indépendantes isolées, non rattachées à une dénomination structurée et n’appartenant pas au Synode fédéral des églises protestantes et évangéliques. Elles sont généralement conduites par des leaders exerçant  une influence abusive sur les fidèles sur les plans spirituel, social et financier. L’individualisme  protestant favorise ce type d’excès. Ceci étant, le dit Synode n’est pas indifférent à ces comportements, il intervient chaque fois que faire se peut car les évangéliques pratiquent malgré tout une certaine autodiscipline. Lorsqu’un leader développe une attitude sectaire inacceptable, il est inévitablement mis à l’écart du mouvement évangélique à plus ou moins long terme.