Paroles de chrétiens en terres d’Asie,

Maurice Cheza (éd.). Avec la collaboration de John Borremans et Jacques Briard, Paroles de chrétiens en terres d’Asie, Association Francophone Œcuménique de Missiologie, Paris, Karthala, 2011, 357 p. ISBN : 978-2-8111-0514-3.

 

Ce « livre-apéritif » est publié par l’Association Francophone Œcuménique de Missiologie (AFOM) et les éditions Karthala (Collection Chrétiens en liberté). Il s’adresse avant tout aux francophones non-spécialistes de la théologie et de l’Asie. Devant les questions majeures que posent l’avenir des humains et l’avenir de l’utopie inaugurée par Jésus de Nazareth, il peut être stimulant de jeter un regard sur quelques expressions de foi et de sagesse portées par des chrétiens de cultures asiatiques. En effet, les formulations gréco-romaines ne sont pas les seules à pouvoir dire la foi chrétienne.

 

L’ouvrage a été réalisé sous la direction de Maurice Cheza, théologien, professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain, spécialiste de l’interculturalité théologique, avec la collaboration de John Borremans, membre de l’association « Les Voies de l’Orient » (Bruxelles) et de Jacques Briard. La postface est signée par le Suisse Michel-Maxime Egger, qui a retrouvé ses racines chrétiennes dans l’Église orthodoxe après un passage dans le bouddhisme zen, tout en militant pour des relations Nord-Sud plus équitables. Selon celui-ci, les textes choisis invitent à la vie, à la méditation et à l’action, tandis qu’il faut, pour une Église ou une religion, « être source de liberté et de paix dans le monde, par son engagement pour, avec et au côté des plus faibles ».

 

Faisant droit à la diversité culturelle et religieuse de l’Asie, les contributions ont été regroupées selon une répartition géographique. Elles comptent aussi trois regards non-chrétiens concernant le christianisme, de courts textes de respiration et de méditation ainsi qu’une importante bibliographie francophone sur le sujet.  

 

Sous le titre « Continent asiatique », la première partie traite de thématiques transversales : la mission, le dialogue interreligieux parfois très difficile, le défi de la pauvreté et des injustices, ainsi que la problématique du genre et l’écologie. Avec notamment des apports de la Conférence Chrétienne d’Asie et de la Fédération des Conférences Épiscopales Catholiques d’Asie.

 

La deuxième partie rassemble des articles qui concernent essentiellement l’Inde et le Sri Lanka, dus notamment au théologien sri lankais Tissa Balasuriya, au jésuite Aloysius Pieris parlant de la nécessité de l’humour, et du savant et sage Raimon Panikkar. Mais il est aussi question de la lutte des Dalits en Inde et des marginalisés du Sri-Lanka.

 

La troisième partie est consacrée à l’Asie orientale et à la richesse de ses multiples cultures. Avec des contributions relatives à la Chine et à la théologie Minjung de Corée, des écrits du dominicain japonais Vincent Shigeto Oshida, « bouddhiste qui a rencontré Jésus », et du jésuite japonais Kadowaki ou encore de la Cambodgienne Claire Ly, du théologien Benigno Beltran, vivant sur la « montagne fumante » de Manille, et de l’Indonésienne Henriette Katoppo, qui donne son « point de vue de femme asiatique ».

 

La quatrième partie reprend les trois regards non-chrétiens : d’une femme sikh au sujet de Jésus, d’un hindou qui traite de la problématique de la liberté religieuse et de la conversion, et d’un bouddhiste thaïlandais, qui a milité pour une société juste et pour qui « les religions d’Asie sont appelées à un nouveau vivre ensemble ».

[top]  -  [retour]