Le Gospel

Le Gospel

Les Origines

Christophe Colomb découvre l'Amérique en 1492. Il ne sait peut-être pas à ce moment là que l'une des pages les plus tristes de l'histoire de l'humanité va s'ouvrir. Ce vaste territoire découvert par C. Colomb doit être dompté, possédé par des européens aux ambitions démesurées. L'un des plus macabre et machiavélique exode de tous les temps s'organise. L'homme noir est alors la matière première d'un vaste trafic sordide dont le but est de fournir de la main d'œuvre pour réaliser le rêve américain. L'esclave noir est alors transporté par bateau, dans des conditions indescriptibles de l'Afrique vers l'Amérique. Pendant ce triste voyage, des centaines de milliers d'esclaves noirs seront jetés à l'eau. L'esclave noir arrivé en Amérique va essayer de survivre, dans la douleur et dans les cris.


La Musique

La culture africaine a suivi cette immigration. Après le dur labeur de la journée, les esclaves se retrouvent le soir. Pour oublier les coups de fouets, ils chantent, ils racontent des histoires. Les works songs, les chants de travail que chante l'esclave sont des mélopées africaines.
Très vite, le maître blanc apprend à l'esclave des cantiques protestants (des spirituals) et lui apprend à louer son Dieu. Le noir qui aime chanter harmonise à sa manière ces cantiques. C'est la naissance de la première musique métissée à cette échelle : Le NEGRO-SPIRITUAL.
C'est une musique aux harmonies austères, sans accompagnement musical. Les thèmes qui y sont généralement abordés sont tirés de l'ancien testament, tout simplement parce que le Noir assimile sa condition à celle du peuple juif en captivité en Egypte. C'est une musique codée, avec plein de messages. C'était le seul moyen qu'avait l'esclave de passer des consignes de fuite, et d'autres encore que le maître blanc ne devait pas intercepter.


Du Negro Spiritual au Gospel

 

A l'abolition de l'esclavage, un nouveau style musical naît, un peu plus exubérant. C'est la musique de la liberté, du corps. L'âme, elle, n'a jamais connu l'esclavage, n'a jamais connu la captivité, l'âme a toujours été libre.


L'instrument de musique fait son apparition dans l'église. Le chant, lors des cérémonies, posait assez souvent problème. En effet, le pasteur se trompait souvent de ton, d'air, faisant apparaître une certaine confusion dans le chant de l'assemblée. L'instrument de musique était donc le bienvenu. On introduisit alors l'orgue, le piano, le tambourin, la guitare… Il en découla l'arrivée de recueils de chants dans les églises, avec des partitions musicales. C’est le Gospel traditionnel


A la fin de la guerre de Sécession, les Noirs auront le droit de circuler 'librement'. Ils se dispersent sur l'ensemble du territoire américain, d'abord des campagnes vers les villes, mais très vite, du sud vers le nord où l'avenir leur semble meilleur.


Cette relative liberté et cette émancipation dans le sud seront de courte durée, mais d'une durée suffisante pour que les lois ségrégationnistes (dîtes de Jim CROW, votées en 1865) ne puissent pas balayer tout le chemin qui avait été parcouru.


Le Noir retrouve la place de son corps. Les retrouvailles dominicales à l'église sont des moments privilégiés pour le noir. Il vient y raconter sa peine, et repart rechargé, prêt à affronter une nouvelle semaine de galère. Le Gospel est une musique d'espoir, de louange. Elle anime toutes les marches noires pour la revendication des droits civiques.

Didier Likeng

[top]  -  [retour]